© 2016 by James IzCray

Totalement décousu du bonnet. 

A la fois dans le réel et en dehors, James se raconte une vie de tous les jours habillée du génie du Joker, du mauvais goût de Deadpool et de l’héroïsme de Monkey D. Luffy. Vous ne voyez pas ? Imaginez. Un GoldLink ou un Mick Jenkins de 120kg animé par le feu et la folie d’un Zelazny ou d’un Moorcock le tout sur les ambiances éclectiques d’un Kaytranada ou d’un Evil Needle, et en Français s’il vous plait ! Dandy fantasque, enfant perdu, ce créatif énergumène humanoïde au vibrato cultivé par l’alcool, la clope et les jeux vidéo, traverse la musique comme une odyssée dont il serait le Ulysse.

Allez, ça ira pour le name dropping.

Mais comment ça se consomme du James IzCray ?

Deux expériences, deux formules à déguster sans modération !

Formule bande

Avec Die Toten Katzen (Les Chats Morts en allemand) – Mojo Jojo à la basse,

Lil’ Master Xav’ à la batterie et Mighty Max aux claviers. Tous les trois ils

accompagnent James quand l’aventure le permet et ensemble ils changent le

monde et le coeur de l’humanité. On a le droit de rêver.

Formule machine set

Avec Mystraw et Al20 - Lorsqu’ils ne sont pas en mission pour prêcher l’amour du groove, ce duo touche-à-tout assurent les arrières de James à grand renfort de MPD et de chœur. Et vous savez ce qu’on dit : 3 is a magic number!

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
  • White Twitter Icon
  • White SoundCloud Icon
  • White YouTube Icon
  • logo bc